Lyrics de 3e oeil - Eldorado

Mombi

Ma vie se résume à rien, le temps passe

Il faut que je me prenne en main que la famille mange à sa faim

Dans mes poches que dalle, nada hatsa, y'a rien

Mon cerveau torturée pendant tant de nuits, la folie me prit

Réunis femme, enfants et amis, leur dit qu'il me fallait quitter cette misère

Donner un sens à ma vie si amère, j'en ai assez de vous voir pleurer

Un par un crever sans pouvoir me manifester,

Je n'en peux plus de m'apitoyer, je dois bouger, voyager, travailler

Quand j'en aurais assez plein les poches je reviendrais

La faim m'a guidé vendu ce que j'avais, tout bradé

Histoire d'avoir de quoi payer mon billet, je suis parti à la conquête d'Eldorado

Sans papiers dans la clandestinité, je vais devoir lutter, mais je suis décidé, j'y vais



Boss One

Dans l'avion crispé, terrorisé par l'appréhension d'arriver

Me retrouver confronté aux autorités, mais merde que leur dire

Si je me fais niquer le passeport et oui, je l'ai emprunté il ne m'appartient pas

Je dois le renvoyer, j'ai donc prié, mis ma destinée aux mains de Dieu

Fermé les yeux, repensé à père, mère pour qui ma réussite représente la lumière

Pour être sincère je tente un coup de poker tout le monde descend à cet instant présent

Je me cague dessus, mon coeur bat à cent l'heure je ne le contrôle plus

Quel honneur j'aurais aimé être ailleurs, "passeport s'il vous plaît"

Le contrôle s'est bien passé, vite fait, bien fait, plus de quoi s'inquéter

Il n'ont vu que du feu, que du feu tant mieux

Qu'Eldorado se prépare à me recevoir dans ses lieux







Refrain

Demain je quitterai ce lourd fardeau, guidé par mes idéaux

Charmé par le faux, je partirai pour Eldorado, Eldorado





Mombi

En m'exilant chez la dame de France, mon Eldorado

Je pensai que tout était rose, la vie facile

Mais tout est noir sans espoir

À peine 10 mois que je suis là, je regrette déjà

On m'a vendu du rêve, j'ai rien vu, j'ai rien eu

J'ai donc conclu qu'eldorado n'offre que de l'honneur

Des enfants qui meurent, des mères qui pleurent

Des pères dans la terreur, des soeurs qui vendent leur corps pour s'en sortir

Pire certains se shootent et n'ont plus d'avenir

Tentent de fuir ce diable qui un jour entre dans la vie sans prévenir

Qu'est-ce qui m'a pris ? Etre venu ici c'est la pire des conneries

J'ai voulu faire la caille, me retrouve sans travail, comme une canaille

Je joue à cache cache avec la flicaille, c'est décidé je veux tenter chez moi

Mohamed tu sais francais je ne comprends pas

Je m'étais donné cinq mois pour rentrer dans le système, mais voilà c'est féria

Génération de braquers la jeunesse nique le Dahwoi

À chaque coin de rue des prostitués, des camés, des guerriers

La vie de rève ça n'est pas ici que je risque de la trouver

Donc je m'en vais, tchao eldorado et à jamais



Refrain

Chargement de la playlist...