Lyrics de 3e oeil - La guerre

Refrain (x5)

Je suis conscient de tout ce qui se passe à présent

Faudrait que je lutte pour me défendre





Le monde est une merde géante

Et je me demande quand est-ce qu'on va rire

Soutirer un sourire à ces lèvres liées appelées à périr

Que de martyres, des gosses tombent, succombent

Sous les bombes des massacres, partout la peur l'emporte

Mais qu'est-ce qui fait que d'un coup

Les gens deviennent tous fou, époque de loups

Tu me respecte ou je te tords le cou

Que des voyous

De nos jours on te bute pour rien du tout

Préserve les tiens

Même si aucune lueur ne permet de croire de jours meilleurs

La vie n'offre pas de fleurs

Il faut y croire, frère, trop chialer, porte-bonheur

Trop de rancoeur pousse au meurtre, quel malheur

Toutes les fins d'années, les mêmes souhaits

Que celle sui soit meilleure que celles écoulées

Je prie pour que les mômes et les homeboys

Cessent de se prendre pour des cow-boys

C'est la guerre, frère

Tous les pays deviennent des champs de bataille

Course à la caille

Tant de cons courent les rues, violent des mômes

Qu'on les bâillonne et qu'on les cisaille

Qu'on les jette dans une cité pleine de racaille

Qu'ils leur fassent la peau

Et fassent la fête avec leurs mailles

Ces mecs n'ont pas de figure

De mon côté, je sature

Me demande si ce monde de fous est réellement sérieux

Si je cauchemarde, dis-moi, le vieux

Aussi contient que fouta, de ce qui se passe à présent

Il faudrait que je lutte autant pour me défendre

Tant de merde dans un si petit monde

On n'est pas prêt pour la paix



Les super-puissants foutent leur merdier

Et nous font stresser

À croire que ça les stimule de voir des gens crever

Est-ce qu'ils pensent à ces mères

À qui on enlève leurs mômes en pleine journée

Tous partent en ville pour des pacotilles

S'ils savaient qu'avec leurs conneries

Ces cons brisent des familles

Et quand ça va plus

Ces ploucs retirent leurs billes

En temps de guerre, trop de chiens, trop de drames

Le FN tue un môme, cible sans lendemain

Mais on ne dit rien, à croire qu'ils sont couverts

Par un maire à la gomme

Que Marseille n'est plus gardée par la Vielle Dame

Ou qu'on ne lui fait plus assez de charme

Comme si le SIDA ne suffisait plus à enlever des vies

La nuit je prie, rêve d'éteindre la flamme

Me voit Président, mon second mandat j'entame

Que tout le monde ait le sourire

Je serais la fierté de Mam

Mettrais aux arrêts ceux qui vont à l'encontre de la paix

Et si je ne fais plus la fête

C'est que je suis d'humeur à pleurer



Manque d'ambition en l'avenir

Je touche du bois comme Venin

Pour un monde meilleur

Mais permettez-moi d'être pessimiste

A l'horizon trop d'horreurs

Trop d'embrouilles entre frères et soeurs

Trop de lames sorties perforent des coeurs dans les soirées

Les mecs débarquent tous armés

Retournent tout comme dans un saloon

C'est du sans pitié

Au départ, je pensais que c'était pour la frime

Mais je me suis trompé

C'est la guerre dans le monde comme entre cités

Et je peux rien y changer

Juste essayer de calmer

Mais trop d'excités

Des fanatiques font exploser des bombes dans le métro

Enlèvent des vies au nom de Dieu

Mais quel dieu c'est pour ordonner qu'on fasse tout sauter

Qu'on fasse tant de mal, qui l'a mérité ?

D'être frustré, marqué à vie, quel gâchis

Tout ça ne me donne pas envie

De mettre en vie un petit

Pour qu'il souffre autant que moi

Petit, regarde autour même tes propres amis

Deviennent ennemis

C'est la guerre, frère et Minfi

Chargement de la playlist...