Lyrics de Akhénaton - Chaque jour

Chaque jour qui passe, j'entends les sornettes, hors d'ta bouche qui m'lassent

Qui me laissent un goût amer, j'pleure pas sur mon sort, lâche !

Un jour j'promis à Dieu d'garder l'sourire si j'mens sors

Encore filiforme ! mon rap est pur denué de silicone

Ma vie simili-conne, plate, sans rebonds

Stade, maison, école, images depeintes par les pupilles d'un mini-gone

Bonne place, celle d'un gosse discret

Epié scruté le monde adulte, les va et viens et les biz si secrets

Moi j'parle seulement, d'mon propre chef, pas sous la menace

Car j'crains aucun humain, et ici bas sur terre Dieu seul est mon chef

Chaque jour qui passe j'entends les sales news, et ma sono qui blaste

Des langues qui s'paralysent, en live et des vieux cons qui s'flasquent

Comme si nos coeurs s'jouaient au Balckjack

Etrange feeling, que j'transcrits en ces lignes, rimes stranges, félines

On voudrait m'faire dire que j'kiffe le luxe ! mate le paradoxe

Les mêmes me traitrent de p'tit mendiant au V-lux, moi

J'baise les pieds d'personne, j'demeure brut comme au début

A niveau different la vie est rude comme au début

C'est ça à chaque jour sa peine où chaque jour a son cortège de veine

Chacun porte sa poubelle, moi-même j'ai mon cortège de bennes.





Refrain





Chaque jour qui passe, le stress me laisse hélas guère de place mec

J'suis las des guerres de classe, mic à la main j'm'évade

hors d'mon corps limites physiques, surnage comme une vague

Emporte avec un beat physique et comme une dague stabe

Quand j'aime j' fais le vide, puis mon stylo danse, selon mon humeur

Lyrix denses ! démagogie l'corps, ma bouche sa tumeur

Pas d'pédagogie, sincérité seule, vrai jusqu'à lagonie

Pas d'copinage gratuit, j'marche à l'analogie,

Vraiment chaque jour qui passe,

J'vois vos sourires ce sont mes peurs qui s'cassent

Le fait qu'on peut vous faire du mal, c'est mon regard qui's'glace

Dans vos yeux j'vois l'Océan, la vie pétille, j'voulois dire que c'est en,

Essayant qu'on s'fonde un art de vie seyant

Optimiste je l'suis sûr, Voilà mes repères

Non j'ai pas l'droit d'être pessimiste maintenant en tant qu'père

Bienvenue my baby boo, nouveau pan d'vie encore un tout petit bout

An 2000 LA COSCA connaît l'baby boom

J'ai fait une O.D d'gris donc un temps j'vis rouge

Mais l'vert m'a sauvé, parole divine faite pour un caractère mauvais

Et j'fis mes classes, seul dans le brouhaha, isolé d'mes pairs le mic mon gun

Unique issue pour jarter hors d'ce trou à rat

Tout à l'arrach', pas grave ! passion livrée tout à la rage

87, dans mes mains : premiers lyrix de FAF LA RAGE, hommage

Aux frères d'armes, iota alpha, voue mon amour,

A ceux qui ont pavé ma route, chaque jour.

Chargement de la playlist...