Lyrics de Akhénaton - Horizon vertical

Eh dis passe moi c'mic mec, rejeton d'Babylone

Injecte sa theorie, dans l'correct je lâche une météorite

J'transpire le rap, jusqu'au sphincter

Catastrophique, notre champ d'action s'atrophie

Infime peau d'chagrin, j'porte trop d'chagrin pour mes épaules

J'me dis qu'ailleurs Des gosses sniffent la colle

Dans quel ghetto tu vis ? là ou on mange sa faim

Ou les parents suent pour une paire de Nike à 100 000

MD sans piles ? c'est ça tes soucis ? ouvre le placard

Et plonge là ou les dettes du foyer s'empilent

Samedi après midi terre brûlée en ville, traiter les filles

De petasses inutiles, frictions, pour des conneries vite s'mutilent

L'histoire, c'est un cercle, on revient à l'origine

Pour contempler toujours les mêmes qui s'enfilent

A l'ère du sans fil, passer 2 heures pour rien s'dire, s'déchirer

Avec sa copine, une fois les " ça va " passés, partis

Sans parti, écoeuré par les traitements d'faveur pardi !

Sans étiquette juste ma bouche et mes parties

C'que j'ai au poing, s'ils viennent me chercher, crois moi ils seront

Servis, chasserais là ou l'gros blair vit

Panthère blanche, AKH, verbal assassin

Eclaireur d'une armée de météques millier de fantassins

Eh l'malsain, reste à un pas, ou j'te traverse

Pluie acide, regarde moi cracher mon averse



Refrain (x2)

Pour celui qui à nos lèvres se suspend, pour celui pour qui crier est urgent

Horizon vertical eux qui nous parlent de pur sang

Je rappe pour mes frères avec le turban









Une pièce en import, de mars là ou l'talent s'cache pas

Dans l'Hilfiger, bon sang, c't'avec le stylo qu'il faut faire fort

Tu crois qu'ils m'laisseront d'l'air, hein ? tu t'gourres

S''ils passent c'est l'train pour moi et les miens, j'me premunis

D'emblée, affronter les chiens, broyer les barrières

Dressées, pour noyer l'bien, et dans les tires

Qui croisent la ville, les idées biaisées germent

Sécurité d'état, on surveille nos faits et gestes

Libre de foutre le camp dans mes rêves, les images violentes dans l'tube

Elles, foutent un sacré bordel dans mes rêves

Ça fait longtemps qu'je me bat plus pour moi, ni pour les autres

D'ailleurs, est c'qu'ils méritent ? car en guise de retour

C'est la jalousie dont j'hérite, on dit

Première odeur d'merde j'vois toujours l'hypocrite bondir

Si à l'un d'nous l'sort sourit, les faux frères jettent le

Talent, pour ressortir son côté pourri

Rumeur arme de la pute, psychanalyse tous les sourires

Mielleux, vicieux, qui en leur cœur tiennent de l'âme de la pute

France 2001, horizon vertical

Toujours le même topo, les années passent et rien n'change

putain d'pays de looser, mentalité d'merde bouseuse

Grosse couveuse, même la fidélité d'vient une partouzeuse

sûr qu'on était des mômes aux futs raccomodés

Si dire des conneries est à la mode, laisse moi être démodé





Refrain (x2)
Chargement de la playlist...