Lyrics de Akhénaton - La cosca

Ma famille est sept fois séculaire, ancienne et insulaire,

Entourée de mystères, comme le Saint-Suaire.

À l'aube du troisème millénaire encore on dit

La légende des trois cavaliers espagnols qui débarquent

Au large de Trapani, les usages d'une secte.

Dans leurs têtes et leurs bagages amenés de Tolède,

Et tout ceci n'est pas un mythe, fou l'ignores-tu?

Le jour où mon sang a coulé sur un fil, je fûs perdu.

Je suis né en 1903,

Au milieu des Vendettas, dans les environs de Caltanissetta,

Où seuls l'honneur et la famille décident.

Les bancs de mon école s'appelaient racket et homicide.

J'étais un pauvre paysan, gardien d'un Latifondo.

Pour la criminalité, oui la Sicile a bon dos,

Mais quand même, comment expliquer

Que des cul-terreux ont régit l'économie d'un pays entier.

J'ai envoyé des tas de types au caveau.

Ainsi je fûs soldat dans la puissante Cosca des Salvo.

Puis j'ai loué mes services un peu plus au Nord.

En 22, j'étais à Bagheria dans la Conque d'Or

Pour rappeler à l'ordre ceux qui ne payaient rien

Et taxer leurs biens aux propriétaires terriens.

On peut trouver ça monstrueux

Mais tout ce que j'ai fait, je l'ai fait pour être heureux.





Refrain

Tu appartiens à la Cosca.

Ton sang appartient à la Cosca.





Puis les fascistes sont arrivés au pouvoir,

Pour les deux décennies noires avec le désir d'envoyer au placard

Les membres de l'honorables société.

Les hommes de ma tradition fûrent chassés, arrêtés et enfermés.

J'ai vite décidé de m'exiler en Tunisie

Pour fuir la répression du préfet Césare Mori.

À Tunis, il y avait déjà beaucoup d'italiens.

Donc venu sans rien, j'ai dû m'accaparer des biens.

Les familles s'étaient reconstitués.

Les clandestins de Sicile réclamaient des pécadilles pour tuer.

J'ai vite eu sous mes ordres une armée.

Mes affaires ont prospéré jusqu'à ce que le gouvernement français

Eut signé mon acte d'extradition de Tunis.

J'ai fui, vers Le Havre puis les États-Unis.

Là-bas en 43, j'ai lutté

Contre les sabotages des agents philo-nazis.

On a collaboré avec le gouvernement

Pendant quelques années, jusqu'au jour du débarquement.

Ils nous ont renvoyé l'ascenseur après quelques mois

En installant dans les mairies des gens de Cosa Nostra.

La collusion entre Mafia et partis politiques

Était à son comble, pire c'était une logique.

Ceci marqua d'une pierre blanche ainsi

50 ans d'emprise totale de la Mafia sur l'Italie.





Refrain





Grâce à mes relations, dans les sphères de l'état,

Je fûs acquitté, pour un contrat, par un certain magistrat.

En 57, j'étais incarcéré à l'Ucciardone.

Mi-58, je travaillais dehors à Corléone.

Les naïfs, comprennent-ils qu'en un an de prison

Ou dix ans de liberté on a les mêmes connections.

C'est dans ces années-là que l'économie a changé.

L'honorable société s'est vite adaptée.

D'abord le trafic de drogue, l'assassinat de femmes.

Aujourd'hui ils vendent mêmes des organes.

Et comme pour liguer tous les délits impunis,

En 70, la criminalité s'est réunie.

Il y avait là, des types de Campanie : la Camorra

Et ces putains de balafreurs cruels de la 'Ndrangghetta,

De Bari, la Sacra Corona Unita

Et je fesais partie des gars venus de Cosa Nostra.

Peu à peu, se creusait un vide entre

Eux, leurs objectifs et moi et mes principes.

Cinq mois après j'avais tout raccroché,

M'étais barré dans la montagne pour me cacher.

Et voilà donc vingt ans qui sont passés.

Je suis resté discret et n'ai jamais balancé.

J'ai quatre-vingt dix piges et des nouveaux changements politiques

Me font comprendre que mon âge est critique.

Dehors, cette moto m'inquiète.

Ce soit-disant postier porte des lettres ? Il guette.

Ils ont encore moins de respect que je pensais.

Peut-être des nouveaux gars de l'organisation appelée Stidde.

C'est terminé, alors pourquoi ne pas en rire,

Sortir cette tête qui vaut 600000 lires.

C'est dérisoire, à dix mètres se tapit

Une armée de Guappi, tout ça afin d'éliminer un papi.

Dernier mot, dernière lueur dans mes yeux.

Je me suis trompé, je n'ai jamais été heureux, je dois sortir.
Chargement de la playlist...