Lyrics de Bisso na Bisso feat. Ismaël Lo - Après la guerre

Lino

Et le jour chasse le crépuscule,

Les coups d'feux ont rythmé mes nuits blanches

Un drame noir, le glaive tranche,

Au loin mon drapeau flanche

Je marche seul entre les flammes, hier la foudre a sévi

La mort a pris les miens et moi je souffre d'être encore en vie

La guerre a arraché le sourire aux mômes

J'enjambe les corps dans ma ville fantôme, une arme serrée dans la paume.

Vision cauchemardesque, une fresque ...

Peinte avec du sang, on est presque à la fin, je me sens mal ou presque,

J'ressent plus de douleur, que de la rage.

Y'a plus d'honneur, le bonheur s'est "vesqui" comme un voleur.

Ici l'orage pour de l'or noir, c'est triste.

Frère, où est le Christ ?

Ça sent le souffre ici, l'enfer, le mal insiste.

J'ai plus de toit, moi, c'est tout ce que j'ai et j'ai froid.

Sous ce soleil je broie du noir, le crâne assiégé.

Je me demande c'qu'on fout après la guerre, le bilan est lourd

Et seul le Diable appelle ça de l'amour





Refrain





D.O.C.

(Oh Oh Oye) Ils s'acharnent, ils détruisent tout

Puis la mort pleure doucement dans le cou du vent doux

Qui a dit qu'il fallait jouer au plus fou ?

Au plus violent, au plus "ripou"(Oh Oh Oye)

Pouvoir a ses besoins, besoin d'ommettre ses craintes

Qu'ils comprennet que la guerre n'est pas faite pour tuer mais pour vaincre

J'observe ! Tous se sentent perdus, tous se lamentent

Mais éternellement souffrants et souffrantes d'un mal commun,

D'un même sale destin qui leur fait changer le plus utile pour le plus vain ?

Pas de vaccins, pas de remède pour ce chagrin

Chacun n'a qu'un coeur mais tous n'ont plus de gagne-pain

(Assis dans la désolation)

Mon royaume: un tas d'ossements,

Mon trône : des chairs pourries,

Ma couronne : un cercle d'excréments.

Des flaques de vin sur le sol où les ivrognes sont couchés pour longtemps,

Trop longtemps.





Refrain





Calbo

Je sers une bonne cause de vérités vraies

Discours amer ose, dépose, expose, pose une rose

P'tite gorgée à terre pour les frères que la guerrre m'a enlevés.

Les douilles ont souillé le sol de mes ancêtres,

Le poing levé je reste haineux, je pardonne plus, j'ai la rage.

M'engage plus àcompter de défaites, de pertes, je laisse ça aux sages.

Je crève, mon stylo pleure sur ma feuille fanée.

Mes phrases n'ont plus de sens, comme voir un enfant à terre "caner".

Putain ! les nègres se tirent encore dessus, c'est trop con

Afrique troquée, trop font semblant de ne rien voir

Au fond du gouffre on souffre que ce n'est pas encore fini

Je prie pour les vies qu'ont pris els homme cruels sans "tiepi"

Ils pillent à eux seuls tout un peuple, à eux seuls c'est fou

Sous le soleil de Satan, tout est orage, éclairs partout

Le chant du bourreau raisonne, étouffe les prières

Comment peut-on encore parler de vainqueur après la guerre ?

Chargement de la playlist...