Lyrics de Don Karnage - Ed

Si le destin est écrit d'avance, son auteur est pure cruauté

Je suis au bord de la démence quand arrive l'heure de me coucher

Mes pensées sont axées sur des moments précis du passé

Et dès que je suis seul, on dirait que viens me guetter

La solitude... et la souffrance qui est associée

En la seule absence d'un être que j'ai toujours cotoyé

Mes moments les plus heureux sont mes moments les moins appréciés

Il est dur pendant ma joie de retrouver ma réalité

Mes peines, dont je croyais m'être enfin débarassé

Revenue de plus belle, hanter les jours d'un exaspéré

Mes genoux ont heurté le sol là où mes larmes ont déjà coulé

Pour une xième fois, la vie a décidé de châtier

Le même homme, de la même manière de le blesser

De lui rappeler qu'il n'est que poussière de s'abaisser

Devant les choses qui ne comprend pas, n'accepte pas

Qu'il doit vivre sa vie, c'est la loi, qu'il n'a pas le choix





Refrain

Night after night, I think of you

Don't know what I'm going to do

Day after day, I see your face

Now that your love is gone I can feel the pain





Malgré mon introversion, pas seul dans ma condition

Les proches posent milles questions, pleurent l'incompréhension

Pourquoi lui aujourd'hui? Et qui d'autre demain?

Est-ce le but de la vie, regarder partir les siens?

Ton frère s'accroche à ce qu'il peut, des fois craque, des fois prie Dieu

Des fois rage contre les cieux d'avoir laissé fermer tes yeux

D'avoir stoppé le temps (et) chambardé son avenir

De n'être que simple témoin, de n'avoir quoi ce soit à dire

Et pire, de lui avoir laissé ton souvenir et tes éclats de rire et

Le désir de te retrouver

Sa peine est grande e ne peux m'empêcher d'éprouver

La même accompagné d'une forte dose de pitié

Quand ton frère sait que son frère repose six pieds sous terre

Chaque fois qu'il prend un verre en verse quelques gouttes à terre

Je l'accompagne, donc je penche aussi mon verre

J'humecte la terre en mémoire d'un être cher.

Ta mère, elle, s'engouffre le plus, souffre le plus

Elle a perdu ses trois enfant et ce n'est pas juste

Toi, mais également les deux autres d'avant

En trente ans a cessé d'être maman, et ce sans être grand-maman

Parfois, je la vois sécher ses larmes qui coulent doucement

Sur ses joues vieillies par les assaut du temps

Et pourtant, elle se relève chaque fois le dos droit

C'est dur, plus que dur, mais Dieu sait qu'elle ne flanche pas

C'est comme moi, mais pire parce qu'elle ne pourra pas

Recommencer, toute la vie devant moi la sienne est terminée

Elle a semé, mais n'a rien récolté

Job est le seul homme, le seul à qui je puisse penser

C'est con que tu partes maintenant, que vais-je faire maintenant

M'asseoir et attendre que mon monde s'afface doucement

Aucun pouvoir sur la force des évènements

Mon monde s'estompe et s'efface tout doucement

Chargement de la playlist...