Lyrics de Dubmatique - Babylone

L'ennemi est pris de spasme

Quand avec ma plume me positionne

Son sang se glace,

Hélas qu'il s'abreuve toujours de l'inconscience humaine

Pour parvenir à ses fins se nourrit du vice

Exploite les faiblesses aux moindres recoins

Sous diverses formes il manipule les hommes

Subdivise à sa guise, épaulé par la bétise

Engendré par cette soif de pouvoir qui siège en chacun

Tout le monde veut le contrôle, résultat : de nombreux défunts

Facture salée, espoir écorché

Certains devraient faire preuve selon moi d'un peu plus de lucidité

Diriger reste une lourde responsabilité

Mais la priorité devrait être toujours à l'égalité



Chaque jour que dieu fait je me demande bien pourquoi

Les hommes entre eux ne cessent-ils pas de se combattre

Comme chien et chats ?

Alors qu'une autre tombe fleurira,

D'autres bombes tomberont

De nombreuses familles consternées pleureront leurs rejetons

Résolument défenseur d'une nation

Qui, au fond, investira beaucoup plus de pognon

Disons dans l'armement que dans l'éducation

Chaque jour que dieu fait

Je me demande n'ont-ils pas perdu la raison ?

Soif de liberté et besoin surtout de sensations

Et non pas qu'on nous presse

En presse face à l'adversité

Pour éviter de lever mon glaive, ma voix s'élève

Pour que celle-ci t'apèse, reste bien à l'aise



Refrain







On nous parle d'amour de liberté, fraternité

Aux actualités, mais où est la réalité ?

On nous balance les images d'un monde qu'on veut tous rêver

Mais où est le poignon pour s'le procurer ?

On nous parle de compression, sans cesse d'augmentation

D'inflation, sous pression certains ont pété les plombs

Disons qu'ils n'ont plus la notion de ce qui est mauvais ou bon

Ils font trois petits tours et puis s'en vont

De nos jours on ne peut plus avoir confiance en personne

Aime ta personne c'est tout c'qui compte

Voilà où nous en sommes,

Chacun cherche son chat, et s'enterre chez soi

J'aimerais savoir où tout cela nous mènera







Refrain



Le 666 n'est-il pas le chiffre du malin

Alors vite, vite, vite il faudrait prendre les choses en main

Les hostilités sont enclenchées depuis la nuit des temps

Ceux qui parlent trop eux ne vivent jamais très très longtemps

Bien souvent la vérité revient au détenteur de piasses

Qui s'en sert pour attirer la masse derrière son masque

Lassé de voir la situation tourner en rond

D'appréhender un avenir atroce pour tous ces nourrissons

Le son me sert d'armure pour briser ce mur

D'un silence malsain qui se transforme en dédain

Pris entre les serres de système, j'ai beau me débattre

Les pensées ne suffisent plus

Il faut absolument des actes

Chargement de la playlist...