Lyrics de Dubmatique - Si tu savais

Si seulement tu savais, combien de nuits j'ai passé à la belle étoile

En espérant qu'un jour tombe le voile

Que mes désirs les plus fous finissent par être exaucés

Qu'au bout du tunnel, de la lumière je puisse m'imprégner

Si seulement tu savais, les reproches qui m'ont été faits

Parce que le sentier que j'ai emprunté, des autres différait

Personne n'y croyait, bien que d'arrache-pied je travaillais

Essuyer les revers, en quelque sorte, forge le caractère



Si seulement tu savais, combien de fois nous sommes montés sur scène

Sans gagner le moindre cent, mais qu'importe

Porter le flambeau du Hip Hop était pour nous la seule récompense

Qui n'en était pas moins intense

Si seulement tu savais, combien de fois j'ai rassuré ma mère

En lui promettant qu'un jour elle serait fière

Les astres m'ont donné raison

J'aurai tout fait pour ma passion

Si tu savais... si seulement tu savais

Si seulement tu savais, ce qu'il nous a fallu accepter comme refus

En se disant qu'au fond rien n'est jamais perdu

Qu'au dessus de nous il y avait toujours de l'espoir

Tu connais notre histoire... nous n'avons jamais cesser d'y croire

Si seulement tu savais ce qu'on disait de nous

Votre musique de fou ne vaut pas un seul sou

Et après tout, celle-ci ne vaut pas le coup de se dépenser

Mais pour qu'elle puisse exister on l'a fait



Si seulement tu savais, le nombre de barrières enjambées

Reculer pour mieux sauter, sans jamais céder

Face aux préjugés dressés à notre égard

Lorsqu'on te prend pour un étranger dès le premier regard

Si seulement tu savais, comment le comportement

De ceux qui nous reniaient d'antan s'est vite évaporé dans le vent

Qui aurait cru, qui aurait pu s'imaginer

Qu'un jour, La Force De Comprendre deviendrait réalité

Si seulement tu savais, comment les choses ont changé

Les gens qui m'évitaient hier viennent aujourd'hui se présenter

Avec une attitude qui ne trompe pas

Ce n'est pas moi qu'ils voient mais le personnage devant la caméra

Si tu savais le nombre d'heures que j'ai passé

À trouver des idées, les griffonner sur un papier

En espérant qu'un jour, de tous elles soient écoutées

Crois-moi, à ma tâche je me suis toujours appliqué

Si seulement tu savais, les mythes collés à ma musique

Je les laisse aux rêveurs... nous habitons tous en Amérique

Rien n'est gratuit, certains sont prêts à vendre leurs amis

Les principes avant tout, même si demain rien ne me sourit

Si seulement tu pouvais voir les choses avec mes yeux

Tu comprendrais que dans ce milieu, certains sont odieux

Les apparences sont trompeuses comme les faux amis

Qui te feront tomber d'une hauteur vertigineuse...

Chargement de la playlist...