Lyrics de Faf Larage - La cavale

Ok, on va enregistrer votre déposition.

Samedi 17 Janvier 1998, 5h37 du matin...Allez-y.



Hier matin je crisais, avais un rendez-vous, trop de pression

Pour un job après un an de galère, fais pas l'con

Ce coup-ci je le sens, s'il faut faire du rentre-dedans

Pas peur des longs déplacements,

sportif comme ils le demandent

Embauché sur le champ par une meuf, un top

En plus j'avais la côte, passer le week-end avec cette grosse

La condition étant de commencer à l'instant

Partant, je prends les devants "Hey, c'est où qu'il faut se rendre?"

"Attends c'est loin d'ici" qu'elle me dit

"Faut aller voir le boss, si tu conviens après on fait la fête, fils."

Chaud, le gros lot, le boulot et la go

Dans sa BM, tout le trajet j'y ai pensé, hey mec

Là j'réalise où je me trouve, dans les bois

Genre "Twin Peaks", bien paumé, j'ai les foies

En route pour un séminaire de bourges, je bouge, écoutes

Rien à foutre, du moment qu'ils m'payent j'approuve



C'était une sorte de manoir, un truc sinistre...Enfin moi c'est

Mon job qui m'intéressait de toute façon. Bon j'dois dire que

la meuf...enfin...



On y arrive, drôle d'endroit et des tours on guette

En effet des reflets paraissent en haut au coin des fenêtres

Une grande cour, autour des bois, au centre la bâtisse

Un truc restauré, lugubre et froid, un triste édifice

L'orage menaçant, éclairs foudroyants en guise de bienvenue

Faf Larage à fond dans sa voiture

Elle au volant me dit "T'inquiète, je m'occupe de tout

Va te reposer ou mange, après on a la nuit pour nous

Un coq en pâte, costard, cigare, ça va,

Maintenant je suis prêt pour être présenté là

A la reception, trop de monde, j'avais

Pas prévu tous ces regards intrigués



Drôle de réception...bizarre, la salle et tout, lugubre,

Tout le monde me regardait...heu...bizarre,

enfin j'sais pas...comme un trophée



Dans la pièce 20 invités, j'ai noté et ils me testent

Si ça sent le fric? Fils ça en est bourré, cette

Situation me gênait au début

Et la meuf, où elle est? Je sais plus elle a disparu

Mon cul! Me v'là, siégeant au milieu de la finance

Partageant le homard aux chandelles avec la vieille France

Discours déchaîné, au sommet, la société

Comme ils la voyaient, et l'économie mal gérée

Et moi là j'étais excédé, prêt à exploser

Leur philosophie m'a dégouté, ces cons méprisaient le monde

Et j'ai tout de suite pris parti pour les miens

J'ai pas à avoir honte si j'ai pas de blé, pas de boulot

Enclin à aller plus loin, filade s'il le faut

Les poings serrés...

Putain des nerfs j'en shoote un, j'en plie un

Me débat, envoie les pieds, les mains, la tête

Afin de me créer une brêche, j'en défonce un

Réaliser enfin le vrai visage de mes hôtes

Ma faute? être venu ici sans mes potes



En fait, ces mecs y profitent. Si t'as pas de blé, t'es rien pour eux.

Après j'étais énervé et je sais pas ce qui s'est passé.

Je me suis évanoui, puis plus rien...j'sais pas...

Ils ont dû me droguer en fait...j'pense.



Le réveil, un cauchemar

Et la pluie donne le ton si je flanche aah

dans les bois, à travers les branches d'arbre

La lumière filtre et c'est le drame

Au loin, j'entends les chiens et les moteurs qui braillent

Simple chasse à l'homme, pire un truc de fou

Une attraction pour eux, un bon coup

Et je cours pour ma survie

Durant la nuit et boue et agonie

J'ai esquivé un tir, buter un molosse, dire

Que c'est eux ou moi, en premier j'ai flippé, couru

Puis décidé que ma peau serait chère payée

Riposter, envisager un plan, je reviens en force et

Chut, un bruit dans mon dos...et d'un

Un vieux qui faisait du zèle, naïf à l'écart

J'ai hérité d'un fusil, d'une radio, d'une lampe et d'une carte

J'ai pris contact à sa place sur la nationale

Environ à 500 m de là, "j'ai eu ce salaud les gars" et

Essouflé, 10 minutes après je vois les phares sur la route...



Et là, il y a une voiture qui a explosé, la panique,

J'en ai profité pour m'échapper vite fait, et voilà j'ai atterri ici...

Faut faire quelque chose, faut les coincer,

Y'a des fous qui font des safaris avec des types comme moi.



Bien on va en rester là, on a tout ce qu'il faut bougez pas

Je vais vous envoyer quelqu'un...



Qu'est-ce qu'on en fait chef?



Boucle-le, ce soir, je vais le ramener au chateau.

Chargement de la playlist...