Lyrics de 113 - De l'autre côté de la rue

e de l'autre côté de la rue

Et gros un cauchemar pour commissaire

Les mecs de ma génération vont ainsi,

Fuck l'insigne, un classique, un principe





Sur un starting block dès la naissance, on t'dope

Avec d'la merde on t'botte, mon pote.

Ça arrive dans tous les sens, personne t'entend quand tu cries à l'aide

Quand on te balafre comme un zèbre et que t'es bruyant comme un Y.Z.

Chaque immeuble est comparable à une zone sismique

Le hall une micro entreprise où le futur licencié se pique.

Les murs de ma rue me parlent comme à tous ces types

Du jeu de frappe, ou de la braque spécialiste ou fanatique

Véhicule calciné comme monument

Les plats cuisinés par les mamans nous montrent à quel point le pays nous manque

On rampe comme des militaires,

On se percute comme au stock car on s'nique, on s'humilie, on s'rot-ca.





Refrain

J'habite de l'autre côté d'la rue, où ça?

Un cauchemar pour commissaire Broussard

Du mauvais côté du périph

Loin des contes féeriques

Confronté au périple, le moral pollué,

Toxique comme l'air, comme l'herbe





Tard le soir, rencontre du 3ème type

Face au contrôle de police, on met notre ruse en pratique

On n'est pas des chiens, tous dominants, tous patrons

Tout en ruminant dans nos gueules, je veux toucher le plafond

La rage c'est pas un truc qu'on recycle, au-delà du rap et de tout ce que je récite.

Ça revient chaque cycle c'est speed

La violence n'a pas pris une ride.

Entre crapule ça se liquide, avec une trêve à l'aïd.







Refrain





C'est mon vécu qui parle, j'habite de l'autre côté de la rue

Un polar, hommage aux disparus et aux courageux qui trime a l'usine

A l'heure où le pire se manigance, genre attaque de fourgon ou Uzi.

Aucun salaire fixe, rien à déclarer au fisc

Le peu de fric, c'est pour l'hôtel où se déroulent des films X

T'es fixé, au poste pression caniculaire,

Un mélange voyou populaire, témoin oculaire et père en colère

On gamberge vite comme un avion furtif.

C'est la rillette ou le vice, surveille nos actions et le cours du cannabis

La Havana ou Pattaya comme péché mignon

Heineken pour madame qui ne connaît pas le Dom Pérignon.

Les coffres sautent, mecs en planque ou en fuite, biz de coke ou de plante.

Les balles te rasent on t'plombe une rotka on t'plante

Y a qu'une saison des plans on solo ou à 30.

La BAC tourne comme un sample et moi je chante

Car d'autres sont sur un casse, les plus effrontés on cage.

Oublie ceux qui t'enfoncent, pense à ceux qui t'encouragent

Du lundi au dimanche folie comme divertissement

On rit au nez des avertissements et des jugements

Et quand les voisins sourient pas, ils parlent pas, m'en parle pas

Le gros y connaît pas, il renseigne pas.

Vu nos différences raciales dans tout ça, on tient le coup

Et si un jour la chance se présente, on tente tout.





Refrain

Chargement de la playlist...