Lyrics de 113 - Tonton du bled

ak chargé, allez montez les neveux

Juste un instant que je mette sur le toit la grosse malle bleue

Nombreux comme une équipe de foot, voiture à ras du sol

On est les derniers locataires qui décollent

Le plein de gasoil et d’"gazouz" pour ne pas flancher

Bilel va pisser le temps que je fasse mon petit marché

Direction le port, 2 jours le pied sur le plancher

Jusqu'à Marseille avec la voiture un peu penchée

Plus 24 heures de bateau, je sais c'est pas un cadeau

Mais qu'est ce que j'vais kiffer sur la place Guido

À Béjaïa City du haut de ma montagne

Avant d'rentrer "fé darr", j'fais un p'tit détour par Oran

Vu qu’à Paris j’ai dévalisé tout Tati

J'vais rassasier tout le village même les plus petits

Du tissu et des bijoux pour les jeunes mariés

Et des jouets en pagaille pour les nouveaux nés





Refrain (x2)

J’voulais rester à la cité mon père m'a dit : "Lé Lé La"

Dans c'cas-là j'ramène tous mes amis : "Lé Lé La"

Alors dans 1 semaine j'rentre à Vitry : "Lé Lé La"

J'irai finir mes jours là-bas : "Oua Oua Oua"





J’suis sur la plage Boulémat avec mon zinc et son "derbouka"

Dans la main un verre de Selecto imitation Coca

Une couche de "Zite Zitoun" sur le corps et sur les bras

Avec mon poste sur un fond de Zahouania

On parle de tout et de rien , des Nike air aux visas

De la traversée du désert au bon couscous de "yèmma"

Et mon cousin me dit : "Karim t'kiifét el zatla ?"

Il était tellement bon que j'ai jeté mon cirage en ras

Avec 2, 3 Blédars on tape la discussion

Mahmoud n'peut pas s'empêcher de dire que j'suis dans la chanson

L'un d'eux me dit : "moi j 'tai pas vu fi tilivision"

Et l' autre me demande : " Sarra taaref Mickael Jackson"

Ils m'parlent trop vite et en argot d'blédard

Je sais ce qu'ils feraient pour une poignée d’dinars counard

Le soleil se couche et tout l'monde rentre chez soi

C'est l'heure du repas et d'la teille, pour d'autres la chicha

J'ai passé un bon mois dans c'qu'on appelle le Tiers Monde

Et si j'avais assez d'oseille j'ramènerais tout l'monde

Mais j'peux pas fermer les yeux sur c'qui s'passe vraiment

J'dédie c'morceau aux disparus, aux enfants et aux mamans

Et j’suis rentré à la cité Rrbia

Content d'revoir mes potos et ma chebba

Pendant deux semaines j'ai mangé que d'la "chorba"

J'irai finir mes jours là-bas Inch'Allah



Refrain

Chargement de la playlist...