Écoutes : 42154
Lyrics


Je ne t'offre pas mon regard, t'es ma meilleure garantie

C'est pas que je ne t'aime pas

Dehors il y en a trop qui m'aiment pas

Je t'ai pris bras droit, on m'a dit bats-toi

C'est ce que j'ai fait dans ce foutoir et c'est pas ma voie,

J'ai vu qu'il y avait trop de tox, trop de putes, trop de traîtres

Trop de mal, trop de fables, trop de sales, trop foire

Trop de poirse, trop de vols, trop de jeunes, trop de peine

Trop de flingues, on te rend hommage



Akhenaton

J'ai approché de vous comme un spray, une teinte chrome

Mon tort, j'ai tourné le dos, ma vie je l'ai vue bonne

Horloge de mes heures dispersées, parfois de face

Forcé par la canine, je vous ai embrassé

Gratter par la lame d'un opinel ignoble

Dans le rôle, de la schnouf, étalé dans l'aluminium

Striée en sillons sur la table d'un guillaume

À vos pieds, cimetière de mes piles au lithium



Shurik'n

Pourquoi, j'ai forcé tant de fois

À supporter ma rage, observateur

Sage enduit de plâtre qui insulté et outrage violemment convoite

Témoin des discussions tardives et secrètes d'échanges

Bref d'coup d'oeil furtif de têtes

Qui se tournent toutes en même temps

Un ange passe laisse une trace

Plus belle qu'un mégot qu'on écrase

Ou qu'une face qu'on plaque sur la tienne la haine

Ça te gêne que la nuit revienne

Qu'à nouveau sur toi l'amour se déchaîne



Refrain (x2)

Akhenaton, Freeman & Shurik'n

Action, frisson, MUR, tesson

Friction, gros son, MUR, pulsion

Tension, vision, placide MUR

Vestige d'illusions



Freeman

Ces 2 mains, son front appuyé sur toi, yeux clos

À genoux l'enfer le tient par son laxisme

Parfait, dégain l'est, ici les coeurs sont bien laids

Regardez les, qu'il voit crever doucement

Qui bouge, qui laisse sa trace avec un geste bon

Qui se mouille, qui brise sa cloison le poison

Ils passent devant toi, sans voir qui il y a autour

Enfin ! Ils évitent, donc, j'en parle à travers Shure



Akhenaton

Havres d'âmes à la dérive, auréoles glauques

Murs mastoc, s'imposent comme seigneurs de ces blocs

Tatoués ou gravés jusqu'à la moëlle opaque voile

Scellant l'intimité de nos proches, comme une vivante toile,

Et mille chocs, façonnant vos visages

Empêche mes yeux de parcourir le paysage

Combien de fois ai-je écrit mon idéal sur cet héritage

Stériles larmes, art sacré, traits véritables



Freeman

Je t'ai toujours eu, à côté de moi, ici l'haïtiste

Impossible de me lever ça, ce que l'on piste

Le vicelard, fils, vise l'artiste, peace des abysses

J'ai gardé un coin de toi, dans mon coeur

C'est lui qui te parle, j'ai que ça et ça se ressent sale

Comment veux-tu ? Que je perde ça j'ai tissé ma toile

À travers ton regard, fuck les ronflards

C'est avec ma plume, que je vois, que je t'ai quitté trop tard





Refrain (x2)





Shurik'n

Combien de gars t'as vu passer,

Hagard cassé sur tes flans

S'appuyer tirant l'chariot rouillé

Pliant sous leurs vies empilées

De cars bondés de monde,

Mais chacun dans le sien, de bandes de mômes,

Dont le sourire éclaire la journée du plus dur des hommes,

Comme ceux qui te donnent le tournis, viendra ? Viendra pas ?

Heureusement ses potes le voient pas,

Et toi tu parles pas ton coeur bat au rythme des gens

De leurs pas de leurs vies, de leurs choix

Ton rictus, ironique cette nuit personne ne le verra



Akhenaton

Dites moi combien d'amants se sont aimés,

Cachés dans vos alcôves

Doucement, violemment, riches ou pauvres

Clique fauve, nuit folles, miradors de la faune

Profondes racines, de ces lignes, qui coupent nos paumes

Combien d'affiches vous ont sali

Comme si votre âme était à vendre

Ont-ils une once de rectitude

Droits, murs, témoins de ma sombre solitude

Savent bien, qu'on peut devenir con par habitude

Combien de pas ont caressé le bitume, exactitude

Ils savent qui à Reïf et qui tue

Live in situ, gloire et lassitude, avis brut

Pourquoi la rue est elle ainsi pute ?



Shurik'n

T'aurais pu être autre chose je sais pas un abri bus

T'aurais un banc, au moins tu lècherais pas la semelle de tous les gus

À qui tu coupes les ailes que pour ça que ça picole et que l'ivresse

Les ramène vers toi souvent de façon moins drôle

Processus maudit rituel planétaire

Rude adversaire marquage sévère

Pour toi, ces quelques vers

Entre pisse et bris de verre, salutaire,

L'amour se grave au cutter

L'espoir entame ta pierre,

Comme les balles des faits divers

Et les armes d'hiver



Refrain (x2)

 
Tous les MP3 de IAM
Tous les vidéos de IAM
Grands rêves, grandes boîtes (Beat: Akhenaton) (Vidéo: Didier D. Daarwin & Akhenaton)
Monnaie de singe (Vidéo: Didier D. Daarwin & Akhenaton)
Chargement de la playlist...