Écoutes : 345510
Lyrics
)





Ironik, un personnage qui aurait pas pu exister

Appuyé par les faits de mon enfance, j’ai pas pu résister

Un père en crise, une présence maternelle à distance

Enlevez l’aide de ma grand-mère et j’suis dépourvu de résistance

À penser qu’tu vas partir un jour, j’en ia les larmes aux yeux,

À voir ton fils qui te fait du mal, on peut lire la rage dans mes yeux

Des générations nous séparent et c’est la cause de nos disputes

J’te perçois comme une mère alors, ton absence me persécute

J’te dois la vie, conscient de ton amour et d’ta philosophie

T’as pas fais de moi un ange, mais un homme juste et bon aujourd’hui

J’aurais jamais voulu qu’ta fille nous quitte ainsi en pleurant,

Mais la vie s’en est chargé, profites un peu du bon temps

T’as vécu pour les autres et ta place est au Paradis

J’remercie Dieu d’avoir accepté que j’grandisse en ta compagnie

Ah oui ! c’est vrai, j’oubliais, faut qu’on discute de quelque chose

Garde en mémoire ces mots : « J’t’aime et te dédie ces proses ».





Refrain (Le D-Mon)





Sans elles, je ne pourrais vivre sans elles

Je ne pourrais vivre sans elles





(Papaz)





S’il fallait que j’vive sans elle, en pensant qu’elle est dans les bras d’un autre

J’pourrais faire tomber des grattes-ciels

J’ai souvent dit qu’c’était la bonne, mais c’tait toujours la même chose

Toi, tu me fais planer, tu mérites plus que des roses

Mais comment résister à son sourire, dit-moi mon Dieu ?

J’me contente de le contempler avec un « je t’aime » dans les yeux

Pour la première fois, Paz peut pas vivre sans elle

Pour la première fois une fille qui lui donne des ailes, imagine,

L’amour que je porte pour toi est aussi forte que celle que je porte pour le hip hop

J’te jure bébé, jamais j’vais te faire pleurer car té la fille dont j’ai rêvé

M’imaginer sans toi j’dois dire que j’aimerais mieux crever

S’il fallait que j’vive sans elle, en pensant qu’elle est dans les bras d’un autre

J’pourrais faire tomber des grattes-ciels

J’ai souvent dit qu’c’était la bonne, mais c’tait toujours la même chose

Toi, tu me fais planer, tu mérites plus que des roses





Refrain





(Ironik)





J’viens d’entrer dans le marché de l’amour et devant la bourse, on est coté

Paz, quoi, j’ai tellement semer qu’aujourd’hui, j’viens récolter

J’ai 20 ans, ma fête, bientôt, mais j’srai pas seul en déprime

J’me souviens des périodes où j’voulais laisser la rime

Tout ça pour dire que j’ai un ange à mes côtés.

L’amour n’est pas aveugle et je le sais quand j’regarde sa beauté

On a beau dire que j’ai fais des milliers de gaffes, mais l’erreur est humaine

J’ai beau nier mais sans elles, mes journées sont inhumaines

J’commence a croire au mythe de l’âme sœur

J’vole la mite d’un lanceur, in the game,

J’lance des rapides à la noirceur. J’perds la map, mais la stabilité m’rattrape

Ses yeux dans mes yeux, j’m’avoue vaincu par l’odeur qu’elle dégage

Une page, c’est peu pour exprimer tout c’que j’ressens pour elle

Mais j’aurais fais de mon mieux

Pour qu’elle sache que c’est elle qui m’donne des ailes

Ah oui ! Bébé, j’oubliais, faut qu’on discute de quelque chose

Garde en mémoire ces mots : « J’t’aime et te dédie ces proses ».





Refrain X2

 
Tous les MP3 de Ironik
Tous les vidéos de Ironik
Chargement de la playlist...